Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Informations sur l’œuvre

Catégorie

Dessin

Technique

Aquarelle et lavis brun sur papier

Date

1936

Dimensions

27.4 cm x 22.4 cm

Signature

Signée en bas à gauche

État de conservation

Très bon état de conservation et l’encadrement est récent.

Encadrement

Oui

Localisation

Paris, France

Description

Ce dessin représente l’église Saint-Martin de Beaudéan, village situé dans le département des Hautes-Pyrénées. L’artiste a choisi d’utiliser le lavis et l’aquarelle pour réaliser cette vue. En arrière-plan on peut apercevoir une jolie montagne, le village se situe d’ailleurs tout près du Pic du Midi.

Le dessin est daté et situé "Beaudéan, 22 juin 36" en bas à gauche. Les dimensions prisent en compte sont celles de la feuille uniquement.

Provenance

Ce dessin est issu d’une des carnets de dessins de l’artiste, le blason de l’artiste est reproduit au dos de l’œuvre. Ce blason figurait sur le carnet de dessins d’où est issu cette feuille. L’actuel propriétaire a décidé de le faire encadrer pour pouvoir en profiter pleinement.

Bibliographie

• "El Toreo de hoy", préface de Camille Mauclair, Éditions de la bonne idée, 1928.
• "Boletín de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando. Segundo semestre de 1990. Número 71. El legado Barón de Forna". Victoria Durá y Elena Rivera Navarro.

Exposition(s)



José de la Peña

Peintre
Dessinateur
EspagneNé(e) en : 1887

José de la Peña (1887-1961) est un peintre espagnol issu d’une famille de la noblesse de Valence. Il nait à Madrid en 1887 et fût ambassadeur d’Espagne au Venezuela.

Il est principalement connu pour ses représentations de tauromachie. Camille Mauclair décrivait José de la Peña comme un homme modeste en admiration devant Franscico de Goya et qui a laissé un témoignage pictural important sur la corrida. 

Camille Mauclair a même décrit son art sur la tauromachie en 1928 : « ces peintures où tout est vie et mouvement, où une execution large et ferme, dans une pâte grasse et souple, modèle par des plans vigoureux, en pleine lumière, les formes de l’homme et de l’animal, en supprimant tout le superflu, en ne montrant que ce qu’on peut voir à distance, en luttant de rapidité et d’intense sûreté de touche avec qui, le plus souvent, n’apparaît que comme un furieux enchevêtrement d’ombres et de violentes couleurs, et a cependant, en ce grand isolement de l’arène, la puissante densité de la sculpture. »

En 1910, l’artiste s’est rendu à Paris où il deviendra amis avec des artistes comme Juan Gris, Pablo Picasso, Maurice Utrillo ou Zuloaga. Il est considéré comme un des peintres espagnols les plus talentueux de sa génération. 

En 1920, José de la Peña s’est installé à la Villa Fortuna à Anglet. À sa mort en 1961, il a légué l’ensemble de son fond d’atelier à cette ville des Pyrénées-Atlantiques.

L’artiste est présenté dans les plus grands musées espagnols pour ses œuvres autour des thèmes de la tauromachie et du cheval.

José de la Peña

EspagneNé(e) en : 1887
Peintre
Dessinateur

José de la Peña (1887-1961) est un peintre espagnol issu d’une famille de la noblesse de Valence. Il nait à Madrid en 1887 et fût ambassadeur d’Espagne au Venezuela.

Il est principalement connu pour ses représentations de tauromachie. Camille Mauclair décrivait José de la Peña comme un homme modeste en admiration devant Franscico de Goya et qui a laissé un témoignage pictural important sur la corrida. 

Camille Mauclair a même décrit son art sur la tauromachie en 1928 : « ces peintures où tout est vie et mouvement, où une execution large et ferme, dans une pâte grasse et souple, modèle par des plans vigoureux, en pleine lumière, les formes de l’homme et de l’animal, en supprimant tout le superflu, en ne montrant que ce qu’on peut voir à distance, en luttant de rapidité et d’intense sûreté de touche avec qui, le plus souvent, n’apparaît que comme un furieux enchevêtrement d’ombres et de violentes couleurs, et a cependant, en ce grand isolement de l’arène, la puissante densité de la sculpture. »

En 1910, l’artiste s’est rendu à Paris où il deviendra amis avec des artistes comme Juan Gris, Pablo Picasso, Maurice Utrillo ou Zuloaga. Il est considéré comme un des peintres espagnols les plus talentueux de sa génération. 

En 1920, José de la Peña s’est installé à la Villa Fortuna à Anglet. À sa mort en 1961, il a légué l’ensemble de son fond d’atelier à cette ville des Pyrénées-Atlantiques.

L’artiste est présenté dans les plus grands musées espagnols pour ses œuvres autour des thèmes de la tauromachie et du cheval.