Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Informations sur l’œuvre

Catégorie

Peinture

Technique

Huile sur toile

Date

1979

Dimensions

40 cm x 40 cm

Signature

Signée en bas au centre

Justificatif(s) d’authenticité

Carte signée de la main de l'artiste accompagnant le tableau.

État de conservation

Très bon

Encadrement

Oui

Localisation

Paris, France

Description

Cette huile sur toile est une œuvre représentative de l’art d’Yvaral, artiste actif à Paris de 1949 à 2002. Cette peinture est l'une de ses plus réussies, elle a été réalisée en 1979 en pleine "période numérique". Ici l’artiste utilise des espaces géométriques pour créer un effet d’illusion d’optique dans un ensemble composé de blanc et de mauve. Yvaral joue avec les ombres et les lumières grâces à des formes symétriques pouvant être comparées à des essaims d'abeilles. De plus, ce tableau est signé et daté au dos. L’œuvre a été encadrée par l’artiste dans un cadre en caisse américaine la mettant en valeur.

Provenance

Yvaral l'a donné en 1996 au propriétaire actuel qui fût son avocat et ami. Il le remerciait ainsi de l'assistance dont il avait bénéficié dans « l'Affaire du logo Renault ». En effet, le dernier logo Renault avait été conçu et réalisé par Yvaral, mais la régie Renault l'attribuait à tort à son père Victor Vasarely. La carte accompagnant le don du tableau à son avocat en 1996 sera remise à son nouvel acquéreur.


Yvaral

Peintre
FranceNé(e) en : 1934Artiste célèbreArtiste célèbre

Yvaral est le fils Victor Vasarely, mais il mérite d’être considéré comme un artiste à part entière. Jean-Pierre Yvaral est un des fondateurs en 1960 du mouvement GRAV avec François Morellet, Horacio Garcia Rossi, Julio le Parc ou encore Joël Stein. Ce mouvement prônait un art accessible pour le spectateur. Ce dernier pouvait, dans certains cas, toucher et manipuler certaines œuvres. Le GRAV a été lancé publiquement en 1963, dans un manifeste « Assez de mystifications » à l’occasion de la troisième biennale de Paris. 

Une citation présente dans ce manifeste permet de mieux comprendre les principes de ce mouvement : « Nous voulons intéresser le spectateur, le sortir des inhibitions, le décontracter. Nous voulons le faire participer. Nous voulons le placer dans une situation qu'il déclenche et qu'il transforme. Nous voulons qu'il s'oriente vers une interaction avec d'autres spectateurs. Nous voulons développer chez le spectateur une forte capacité de perception et d’action. » 

L’art d’Yvaral est majoritairement composé à partir d’algorithmes et il s'inspire fortement de l'art que pratiquait son père. Yvaral est l’inventeur du terme « art numérique » en 1975, par le terme numérique, il faut comprendre : un art basé sur des idées mathématiques. En 1985, il met au point une technique avec l’usage d’outils informatiques afin de structurer ses œuvres de façon parfaite. Il est aussi un adepte de l’art expérimental et un passionné des illusions d’optique. 

Certaines œuvres d’Yvaral sont conservées au Musée d’Art Moderne de New York ou à la Tate de Londres. Parallèlement, l’artiste a réalisé des travaux importants d’architectures et de design. C'est aussi lui qui a créé les logos pour Renault et les Jeux Olympiques d’Atlanta de 1996.

Yvaral

FranceNé(e) en : 1934Artiste célèbreArtiste célèbre
Peintre

Yvaral est le fils Victor Vasarely, mais il mérite d’être considéré comme un artiste à part entière. Jean-Pierre Yvaral est un des fondateurs en 1960 du mouvement GRAV avec François Morellet, Horacio Garcia Rossi, Julio le Parc ou encore Joël Stein. Ce mouvement prônait un art accessible pour le spectateur. Ce dernier pouvait, dans certains cas, toucher et manipuler certaines œuvres. Le GRAV a été lancé publiquement en 1963, dans un manifeste « Assez de mystifications » à l’occasion de la troisième biennale de Paris. 

Une citation présente dans ce manifeste permet de mieux comprendre les principes de ce mouvement : « Nous voulons intéresser le spectateur, le sortir des inhibitions, le décontracter. Nous voulons le faire participer. Nous voulons le placer dans une situation qu'il déclenche et qu'il transforme. Nous voulons qu'il s'oriente vers une interaction avec d'autres spectateurs. Nous voulons développer chez le spectateur une forte capacité de perception et d’action. » 

L’art d’Yvaral est majoritairement composé à partir d’algorithmes et il s'inspire fortement de l'art que pratiquait son père. Yvaral est l’inventeur du terme « art numérique » en 1975, par le terme numérique, il faut comprendre : un art basé sur des idées mathématiques. En 1985, il met au point une technique avec l’usage d’outils informatiques afin de structurer ses œuvres de façon parfaite. Il est aussi un adepte de l’art expérimental et un passionné des illusions d’optique. 

Certaines œuvres d’Yvaral sont conservées au Musée d’Art Moderne de New York ou à la Tate de Londres. Parallèlement, l’artiste a réalisé des travaux importants d’architectures et de design. C'est aussi lui qui a créé les logos pour Renault et les Jeux Olympiques d’Atlanta de 1996.