Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Informations sur l’œuvre

Catégorie

Peinture

Technique

Gouache sur papier

Date

1986

Dimensions

57 cm x 76 cm

Signature

Signée et datée

État de conservation

Très bon

Encadrement

Non

Localisation

Paris, France

Description

Cette gouache sur papier a été réalisé en 1986, elle est dans l'esprit de l'admirateur de Raquel : Pierre Soulages.

Provenance

Collection particulière française
Atelier de l'artiste


Raquel

Peintre
FranceNé(e) en : 1925

Raquel Levy (1925-2014) a vu le jour à Gilbratar et a grandi à Casablanca dans une famille hispanophone et francophone. 

Elle a commencé sa formation d’artiste aux Beaux-Arts de Casablanca, pour la poursuivre à Paris à la Grande Chaumière dans les ateliers d’André Lhote et d’Henri Goetz. Au cours de sa formation, l’abstraction se révèle à elle. Raquel se consacrera à l’abstrait toute sa vie dans une démarche de recherche de l’essentiel en effaçant et en simplifiant de plus en plus ses créations. 

Raquel était une femme passionnée par la danse, par la lecture et la poésie. D’une énergie hors du commun, lors de son enfance sa mère lui disait même : « Quel feu te consume ? ». 

L’artiste s’est consacrée à la philosophie et à la pensée juive, elle a même crée un groupe de reflexion et d’enseignement. Ses voyages l’ont beaucoup inspiré, notamment celui au Canada et aux États-Unis, où elle fera la découverte d’œuvres de Mark Rothko, Sam Francis ou Franz Kline. L’expressionnisme abstrait devient définitivement une de ces plus grandes sources d’inspirations. 

Elle était entourée de grands écrivains, poètes ou artistes : Pierre Soulages, Marcelin Pleynet, Philippe Sollers et Antonio Saura.

Raquel ne cherchait pas à se mettre en avant à toute force, elle ne courait pas après le succès et n’a que peu exposé par rapport à l’étendu de son talent. Raquel vivait sa peinture, c’était même son espace vital. La lecture et l’écriture occupaient une grande place dans sa vie, elle a fondé en 1973 la maison d’édition Orange Export Ltd avec Emmanuel Hocquard.

On peut mettre en avant deux expositions majeures de Raquel, une au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris en 1982, elle y expose ses grands formats. Et une à la Galerie Breteau en 1984, Phillipe Solers et Pierre Soulages étaient présent au vernissage.

Raquel

FranceNé(e) en : 1925
Peintre

Raquel Levy (1925-2014) a vu le jour à Gilbratar et a grandi à Casablanca dans une famille hispanophone et francophone. 

Elle a commencé sa formation d’artiste aux Beaux-Arts de Casablanca, pour la poursuivre à Paris à la Grande Chaumière dans les ateliers d’André Lhote et d’Henri Goetz. Au cours de sa formation, l’abstraction se révèle à elle. Raquel se consacrera à l’abstrait toute sa vie dans une démarche de recherche de l’essentiel en effaçant et en simplifiant de plus en plus ses créations. 

Raquel était une femme passionnée par la danse, par la lecture et la poésie. D’une énergie hors du commun, lors de son enfance sa mère lui disait même : « Quel feu te consume ? ». 

L’artiste s’est consacrée à la philosophie et à la pensée juive, elle a même crée un groupe de reflexion et d’enseignement. Ses voyages l’ont beaucoup inspiré, notamment celui au Canada et aux États-Unis, où elle fera la découverte d’œuvres de Mark Rothko, Sam Francis ou Franz Kline. L’expressionnisme abstrait devient définitivement une de ces plus grandes sources d’inspirations. 

Elle était entourée de grands écrivains, poètes ou artistes : Pierre Soulages, Marcelin Pleynet, Philippe Sollers et Antonio Saura.

Raquel ne cherchait pas à se mettre en avant à toute force, elle ne courait pas après le succès et n’a que peu exposé par rapport à l’étendu de son talent. Raquel vivait sa peinture, c’était même son espace vital. La lecture et l’écriture occupaient une grande place dans sa vie, elle a fondé en 1973 la maison d’édition Orange Export Ltd avec Emmanuel Hocquard.

On peut mettre en avant deux expositions majeures de Raquel, une au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris en 1982, elle y expose ses grands formats. Et une à la Galerie Breteau en 1984, Phillipe Solers et Pierre Soulages étaient présent au vernissage.