Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Focus sur une œuvre : la Trahison des images de René Magritte

Revenir au journal
Par Art Shortlist3 min
03/11/20

Art Shortlist a décidé de poser sa loupe sur une œuvre mondialement connue que René Magritte a peint entre 1928 et 1929 : La Trahison des images. Découvrons ensemble ce qui se cache derrière ce fameux "Ceci n’est pas une pipe".


Sommaire

  • Une peinture sur toile signée Magritte
  • Une œuvre qui est le fruit d'une longue recherche
  • Signification du tableau
  • Ce que disait Magritte sur cette œuvre
  • Magritte a récidivé en 1966


Une peinture sur toile signée Magritte

La Trahison des images, René Magritte, 1928-29, LACMA

Cette huile sur toile de 60 x 81 cm qui est plus connue sous l'appellation Ceci n’est pas une pipe est conservée au Los Angeles County Museum of Art (LACMA). Ce tableau surréaliste de 1929 est d'ailleurs l’œuvre star du musée californien. Avec cette peinture, René Magritte a eu l’intention de montrer qu’une pipe même peinte de manière réaliste n’en est en fait pas une vraie. Elle ne reste qu’une simple image accrochée sur un mur. 


À lire aussi : la Vigne rouge de Vincent Van Gogh


Une œuvre qui est le fruit d’une longue recherche

Avant de peindre ce célèbre tableau à la pipe, Magritte a commencé par étudier les rapports entre les mots et les représentations. Ainsi, en 1926, il a réalisé un dessin contenant la pipe sous trois formes bien distinctes : une représentation figurative de la pipe, le mot "pipe" écrit et une forme abstraite.

En 1927, René Magritte a peint La Clé des songes, une œuvre représentant quatre cases avec dans chaque case un mot et une représentation. Sur les quatre objets présentés, seul un bénéficie d’une association correcte entre l’image et le mot, il s’agit de l’éponge. Magritte a décliné ce tableau en plusieurs versions avec différents objets et mots. On peut le dire Magritte a inventé une sorte de jeu pictural.

La Clé des songes, René Magritte, 1927, Art Institute of Chicago


En 1928, René Magritte va encore plus loin dans ses recherches avec Le Miroir vivant : un tableau suggérant des formes indéfinissables, que l’on parvient néanmoins à identifier grâce à des mots : « personnage éclatant de rire » - « horizon » - « armoire » - « cris d’oiseaux ». C’est un donc une manière étonnante choisie par le Belge pour évoquer une idée et raconter une histoire par les mots.

Le Miroir vivant, René Magritte, 1928


Signification du tableau "La Trahison des images"

C'est en 1929 que René Magritte a achevé le tableau qui nous intéresse dans cet article. De nombreuses interprétations ont été livrées sur cette peinture surréaliste. Pour ce tableau, il est important de constater que l’image de la pipe n’est effectivement pas une pipe. Ici, Magritte joue sur une frontière subtile entre l’imagination, le contenu de la toile et ce que perçoit le spectateur lorsqu’il se trouve devant la peinture. En fait, sa volonté est que le spectateur en dégage son interprétation, ses propres conclusions. 

La mise en lumière de Magritte sur le rapport entre l’objet, sa représentation et le langage est la marque d’un génie de l’art. Magritte disait : « Je veille, dans la mesure du possible, à ne faire que des peintures qui suscitent le mystère avec la précision et l’enchantement nécessaire à la vie des idées » et « Il faut que la peinture serve à autre chose qu’à la peinture ». Bravo, Magritte !


À lire aussi : le Talisman de Paul Sérusier


Ce que disait Magritte sur cette œuvre

« La fameuse pipe, me l’a-t-on assez reprochée ! Et pourtant, pouvez-vous la bourrer ma pipe ? Non, n’est-ce pas, elle n’est qu’une représentation. Donc si j’avais écrit sous mon tableau « Ceci est une pipe », j’aurais menti ! » Clair, net et précis !


Magritte a récidivé en 1966

Les deux mystères, René Magritte, 1966

Avec son œuvre Les deux mystères, René Magritte a en quelque sorte bouclé la boucle. En effet, sur cette toile le Belge a représenté un chevalet sur lequel est posé un tableau qui ressemble étrangement à "La Trahison des images", cependant le fond de l’œuvre est noir. Au-dessus, on trouve une deuxième pipe qui se situe donc à l’extérieur du tableau initial. Une mise en abîme renversante !

En fait, nous avons à faire à un véritable tableau dans le tableau, la pipe qui se trouve dans le tableau posé sur le chevalet est en fait le modèle de la pipe de 1929, elle a la même forme, cependant sa couleur est différente. Sa représentation aussi n’est pas aussi précise, car Magritte a volontairement choisi de présenter la pipe servant de modèle avec moins de minutie. Encore un coup de génie signé Magritte !


Retrouvez René Magritte sur Art Shortlist