Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

6 choses à savoir sur Pierre Soulages

Revenir au journal
Par Thibault de Watrigant5 min
09/01/20

Le natif de Rodez qui a fêté ses 100 ans, est un artiste incontournable et unique de la scène artistique française. Pour preuve, il est le troisième artiste qui de son vivant à l'immense privilège d’exposer au Musée du Louvre. À l’occasion de cette rétrospective déjà historique, Art Shortlist vous propose 6 choses à savoir sur le maître du noir.


1 - Il n’a pas achevé sa formation aux Beaux-Arts de Paris

Depuis sa tendre enfance, Soulages s'est passionné pour l’art, c’est donc tout naturellement qu’à 18 ans, il a posé ses valises à Paris pour une formation aux Beaux-Arts. À Paris, l’Aveyronnais s’est tout de suite senti bridé par l’enseignement dispensé, il a donc fait le choix de quitter la capitale pour aller vivre à Montpellier. C’est dans cette ville qu’il fera la rencontre de sa femme, Colette Llaurens. En outre, il fréquentera assidûment le Musée Fabre qui sera une importante source d’inspiration pour lui.


À lire aussi : 4 collectionneurs d'art contemporain à suivre de près


2 - Il a été vigneron pendant une partie de la Seconde Guerre mondiale

En 1940, Pierre Soulages est appelé pour rejoindre les troupes, un an plus tard, il quitte les rangs de l’armée. Le peintre était farouchement opposé au STO (Service de Travail Obligatoire) mis en place par le régime de Vichy, par conséquent, il ira prendre le maquis et travaillera la vigne dans le sud de la France.


3 - Il obtient sa première exposition personnelle en mai 1949

C’est à la galerie Lydia Conti de Paris que l’artiste est présenté pour la première fois en solo. L'année 1949 sera intense pour lui, puisqu’il exposera à New York aux côtés d’Hans Hartung et à Munich à la galerie Otto Stangl. C'est ainsi que sa carrière d'artiste est définitivement lancée…


À lire aussi : Georges Mathieu et les mouvements de l'abstraction lyrique


4 - Il brûle les toiles dont il n’est pas satisfait

Comme beaucoup d’artistes avant lui, Soulages détruit les œuvres qu’il juge ratées ou imparfaites. Travailleur acharné, il a coutume d’utiliser ses loupés pour allumer le feu de sa cheminée. On voit maintenant « de quel bois il se chauffe ».


5 - Il a réalisé les vitraux de l’abbatiale qui a marqué son enfance

En 1994, Pierre Soulages dote l’abbatiale Sainte-Foy de Conques de verrières spécialement imaginées pour le lieu qui date du 11ème siècle. C’est d’ailleurs ici que l’artiste reconnaît s’être passionné pour l’art. Voici ce que l’artiste a dit au sujet de ce projet : « Dès le début, je n'ai été animé que par la volonté de servir cette architecture telle qu'elle est parvenue jusqu'à nous, en respectant la pureté des lignes et des proportions, les modulations des tons de la pierre, l'ordonnance de la lumière, la vie d'un espace si particulier. Loin de tout Moyen Âge reconstitué, imité ou rêvé, j'ai cherché, avec des technologies de notre époque un produit verrier en accord avec l'identité de cette architecture sacrée du XIe siècle et de ses pouvoirs d'émotion artistique ».

Pour en savoir plus sur les vitraux de Soulages à l'abbatiale Sainte-Foy de Conques, nous vous invitons à consulter le site de l'office de tourisme du village aveyronnais.


À lire aussi : 5 conseils pour échapper aux files d'attente de musée


6 - Un musée lui est consacré

En 2014, un musée qui porte son nom a été inauguré dans sa ville natale : Rodez. On y retrouve plus de 250 de ses créations visibles toute l’année. L’artiste a accepté la construction de ce musée à une seule condition : que 500 mètres carrés soient disponibles pour organiser des expositions d’autres artistes. Selon lui, il en va de la survie du musée sur le long terme : « Un musée d’artiste dure trois ans. La première année, tout le monde y va. La deuxième aussi. Puis plus personne. ».

Alors, on se fait un petit week-end à Rodez ?