Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

5 choses à savoir sur les Macchiaioli

Revenir au journal
Par Thibault de Watrigant6 min
23/04/20

Le mouvement pictural italien des Macchiaioli a connu ses heures de gloire entre 1855 et 1870. Le mouvement des Macchiaioli a lancé la peinture moderne en Italie en regroupant des peintres venant de tout le pays. Nous vous proposons cinq éléments pour mieux connaître ce mouvement artistique méconnu en France.

La Pergola, Silvestro Lega, 1868


Sommaire

  • Les Macchiaioli : un mouvement artistique engagé qui naît vers 1855 à Florence
  • Le premier mouvement moderne de la peinture transalpine
  • Les Macchiaioli entretenaient des liens étroits avec la France 
  • Diego Martelli, l’âme et le mécène des Macchiaioli 
  • Le groupe se disperse au cours des années 1870
  • En bonus : une liste complète des artistes Macchiaioli


Les Macchiaioli : un mouvement artistique engagé qui naît vers 1855 à Florence

La Rotonde des Bains Palmieri, Giovanni Fattori, 1866

L’Italie à cette époque tentait de parvenir à l’unité de la nation. Pour cela, le pays avait pour objectif de se forger une véritable identité nationale. Dans ce contexte social inédit, les Macchiaioli portaient des revendications identitaires en utilisant la peinture. Finalement, l’Italie a réussi son unification en 1861. Le mouvement a participé à sa manière au renouveau italien en art en sortant de l’académisme convenu à l’époque. L’art Macchiaioli est donc plus qu’un mouvement artistique, il est un idéal de vie trouvant ses inspirations dans la nature et dans les moments simples de la vie quotidienne.


Le premier mouvement moderne de la peinture transalpine

Le Chant de l’étourneau, Silvestro Lega, 1867

En Italie, les spécialistes considèrent que le mouvement des Macchiaioli a précédé celui des impressionnistes en France. Les artistes du mouvement ont eu une volonté forte de moderniser le travail de la lumière dans leurs toiles et ce quels que soient les sujets abordés. En effet, les peintres Macchiaioli se concentraient principalement sur les jeux d’ombres et de lumières, ainsi que les contrastes de matière picturale.

Autre invention majeure du mouvement italien, la technique de la « Macchia » : une peinture par petites touches ou par petites taches. Le mot italien « Macchia » signifie « tache » en français.

Par ces techniques novatrices, ces artistes italiens peignaient la campagne comme un havre de paix à la différence des impressionnistes qui portaient une attention plus particulière aux mutations liées à l’industrialisation et l’exode rural.


À lire aussi : Whistler contre Ruskin, procès d’un artiste contre un critique d’art


Les Macchiaioli entretenaient des liens étroits avec la France

Les Macchiaioli au Café Michelangiolo à Florence

L’année 1855 est marquée par l’Exposition Universelle de Paris, certains artistes du mouvement sont alors de passage dans la Ville Lumière pour découvrir les peintures de Gustave Courbet, Camille Corot, Camille Pissarro et bien d’autres…

Ce voyage de 1855 a fortement inspiré et influencé les peintres italiens du mouvement Macchiaioli. Les échanges entre artistes français et italiens à cette époque étaient très réguliers. Entre 1856 et 1860, Edgar Degas s'est rendu à Florence à plusieurs reprises. Degas s'intéressait de près aux Macchiaioli, notamment pour la modernité de leur vision de la peinture.

Le mouvement Macchiaioli s'est structuré grâce à un critique d'art lié à la France : Diego Martelli. À partir de 1866, les peintres du mouvement italien se réunissaient à Florence dans le Café Michelangiolo. Comme les artistes français à cette époque, les Macchiaioli avaient besoin d'un lieu convivial pour échanger, tous les sujets pouvaient être abordés dans ce café florentin.


Diego Martelli, l’âme et le mécène des Macchiaioli

Diego Martelli, Federico Zandomeneghi, 1879

Diego Martelli est le théoricien et mécène du mouvement Macchiaioli. Cette homme a hébergé de nombreux peintres du mouvement dans sa propriété de Castiglioncello. Castiglioncello est un hameau situé sur la commune de Rosignano Marittimo, une ville de bord de mer en Toscane. Depuis Castiglioncello, Diego Martelli finance et aide les artistes à se faire reconnaître, sa demeure est même le théâtre de ce que l’on appelle : « l’école de Castiglioncello ». En effet, de nombreuses toiles ont été réalisées au sein de sa villa italienne, principalement des paysages et des scènes de la vie quotidienne.

À partir de 1862, Diego Martelli réalise plusieurs voyages en France. Il fait la rencontre d'importantes personnalités comme Émile Zola, Edgar Degas ou Édouard Manet. Plus tard, il sera le premier à faire connaître les Impressionnistes en Italie. Diego Martelli était donc un homme de culture, un visionnaire. Son ouverture d’esprit et le soutien qu’il a eu pour ses artistes a permis de les mettre en lumière. Il a donc été un des hommes les plus influents en faveur de la modernisation de la peinture italienne à la fin du 19ème siècle.


Le groupe se disperse au cours des années 1870