Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Le catalogue raisonné digital : une avancée majeure pour l'art

Revenir au journal
Par Thibault de Watrigant5 min
16/01/20

Dans un monde toujours plus tourné vers les nouvelles technologies, les catalogues raisonnés digitaux ont inévitablement fait leur apparition ces 10 dernières années. Des artistes comme Hans Hartung, Paul Cézanne ou Antoine Watteau ont déjà à l’heure actuelle un catalogue raisonné digital de leur œuvre en accès libre. De nombreux catalogues du même genre sont en ce moment même en cours de production. Dans cet article, nous vous démontrons à quel point ce nouvel outil fait avancer l’histoire de l’art. 


Un outil « work in progress »

Publié au format papier, un catalogue raisonné est dès le lendemain de sa parution : « dépassé », logique, puisque le marché de l’art continue de vivre, par conséquent, de nouvelles œuvres apparaissent, des ventes et des expositions ont lieu, des suppléments ou des rééditions sont alors publiés, une méthode qui fonctionne, mais qui nécessite une bibliothèque de taille importante, ainsi qu’un portefeuille bien garni…

Le digital permet de palier à cette obsolescence programmée, inévitablement entraînée par le format papier, on dispose des meilleures informations, les plus complètes et à jour. De plus, les visuels sont aussi de meilleures qualités, en effet, les technologies photographiques évoluent perpétuellement et le catalogue digital présente, en général, le meilleur visuel disponible pour chaque œuvre référencée.


À lire aussi : Le catalogue raisonné, une idée géniale


L’accès au grand public facilité 

Dans le point précédent, on vous signalait que d'avoir une grande bibliothèque était par le passé une condition pour disposer de ressources sur les artistes, pour effectuer des recherches ou simplement mieux connaître l’art. Laissez-nous vous annoncer que cette époque est désormais révolue !

Les catalogues digitaux sont plus accessibles, la plupart sont entièrement gratuits. L’histoire de l’art n’échappe pas à la libération de la connaissance que provoque l’Internet depuis au moins deux décennies, chaque personne peut facilement devenir un fin connaisseur d’un artiste, d’une mouvement ou d’une période. L’art n’est donc plus réservé à une « élite intellectuelle », merci Internet ! 


Des recherches simplifiées