Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Focus sur une œuvre : l'Atelier au mimosa de Pierre Bonnard

Revenir au journal
Par Thibault de Watrigant3 min
28/04/20

Partons à la découverte d’un chef-d’œuvre de Pierre Bonnard conservé au Musée National d’Art Moderne à Paris. "L’Atelier au mimosa" est un tableau que l’artiste a commencé à peindre dans sa maison du Canet en 1939 et qu’il a achevé en 1946 à Fontainebleau. Cette toile est l'une des plus éblouissantes œuvres du peintre du bonheur.

L'Atelier au mimosa, Pierre Bonnard, hiver 1939 - octobre 1946, huile sur toile, 127.5 x 127.5 cm, Musée National d'Art Moderne de Paris


Sommaire

  • Pierre Bonnard, le peintre du bonheur
  • L’Atelier au mimosa, un tableau dans lequel Pierre Bonnard défie les lois de la perspective
  • Une œuvre sensationnelle et lumineuse


Pierre Bonnard, le peintre du bonheur

Autoportrait, Pierre Bonnard, 1904

Pierre Bonnard (1867–1947) est un peintre difficile à classer dans une catégorie ou un mouvement. À ses débuts, les critiques le surnommaient le « Nabi japonard », par la suite, il est devenu le « Peintre du bonheur ».

Au début de sa carrière, Pierre Bonnard se joint au mouvement Nabi avec un style décoratif fortement inspiré par le Japonisme. Ensuite, il est très influencé par l’Impressionnisme, certains le qualifient même de « Dernier des impressionnistes ». Pierre Bonnard était un homme solitaire et il sélectionnait ses amis. Édouard Vuillard et Henri Matisse comptaient parmi ceux-ci.

L’art de Pierre Bonnard a comme source d’inspiration principale sa propre vie, il se réfère aux intérieurs qu’il habite et à sa femme Marthe. Il a produit des œuvres aux sujets variés comme des natures mortes, des paysages, des scènes d’intérieur, des nus et des portraits. Pierre Bonnard est un des plus brillants coloristes du 20ème siècle, ses œuvres sont lumineuses et joyeuses. Mais derrière cette lumière saturée, se cache parfois un brin de mélancolie.


À lire aussi : le Talisman de Paul Sérusier


L'Atelier au mimosa, un tableau dans lequel Pierre Bonnard défie les lois de la perspective

En 1925, Pierre Bonnard fait l’acquisition d’une maison au Canet, petite ville de la Côte d’Azur. Cette œuvre représente une vue depuis la mezzanine de cette maison. C’est sur cet espace surélevé que Pierre Bonnard a placé son atelier.

Dans cette peinture colorée, la fenêtre prend quasiment les trois-quarts de l’espace. L’artiste traite volontairement la fenêtre comme une métaphore, il supprime la troisième dimension pour tout ce que l’on peut voir à travers cette fenêtre. Pourtant à l’intérieur Pierre Bonnard n’a pas oublié la notion de perspective et de troisième dimension.

Pierre Bonnard s’est fixé un défi extraordinaire en peignant ce tableau. En effet, il représente un espace du quotidien et supprime la notion de perspective pour l’extérieur. De cette manière, l’artiste est sorti de sa zone de confort en s’imposant des contraintes. Le rendu final de ce tableau est tout simplement éblouissant !


À lire aussi : le Printemps de Lawrence Alma-Tadema


Un tableau sensationnel et harmonieux

L’utilisation de couleurs très vives et d’une touche variée amène une grande finesse à cette peinture. La composition générale fonctionne parfaitement malgré l’utilisation de couleurs différentes de la réalité, c’est là tout l’art de Pierre Bonnard. 

Cette toile est d’un format carré de 1,27 m par 1,27 m. La vue que Pierre Bonnard offre au spectateur est luxuriante, en haut à gauche, on peut apercevoir un village se trouvant en contrebas, juste en dessous de son sublime jardin aux mimosas. 

En bas à gauche du tableau, un visage semble se détache du mur, est-ce une apparition ou simplement Marthe, sa femme ? Cette tête mystérieuse rend le tableau encore plus sensationnel au sens étymologique du mot (qui se fonde sur la sensation), une évocation presque symboliste.

Dans cette œuvre, l’artiste nous offre un savant mélange entre sensation, mystère et réalité.