Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600
Revenir aux artistes

Sozyone Gonzalez

Peintre
BelgiqueNé(e) en : 1973

Né à Bruxelles, Pablo Sozyone Gonzalez travaille sur la ligne, la forme et le rythme depuis plus de 30 ans. Issu d’une famille Asturienne fière et modeste, fuyant l’Espagne de Franco, mais avec la joie de vivre et l’humour bestial d’une meute bruyante, Pablo se sent très vite libre de penser et de faire ce qu’il veut, où il veut, dans sa ville, Bruxelles.

En 1988, à l'âge de 15 ans, il rencontre Smimooz son fidèle partenaire artistique sur les bancs de St Luc, où il découvre et intègre les techniques des grands-maîtres et se passionne pour l’histoire de l’art. Ensemble, ils commenceront par tagger tout et n’importe quoi, signant de son avatar artistique : Sozyone, tout en écrivant les premiers textes et les premières rimes du groupe De Puta Madre.

En quelques années, Sozyone devient une référence en Belgique, pour sa musique, ses textes et ses peintures. En 1994, il rencontre Claire, avec qui il vit et travaille sur chacun de ses projets, la présentant comme son 'arme secrète'. Ensemble, ils développeront une des grandes caractéristiques de l'œuvre de Sozyone : les couleurs (il faut savoir que Pablo est daltonien).

En 2000, Claire et Sozyone ouvrent la première galerie d'art uniquement dédiée au Graffiti en Europe, INK Gallery à Bruxelles. Ils organisent notament la première exposition de Fredéric Platéus, Olivier Kosta-Théfaine, Honet...

De 2001 à 2003, il crée la marque Twelve Inch en France. Au même moment, Sozyone devient directeur artistique du magazine Ticket, pour ensuite créer le magazine Voxer. Le goût pour l’édition ne le quitera plus. 

En 2004, Sozyone fait le saut en galerie et expose "One Million Murders" (ALICE Gallery). Durant cette période (de 2003 à 2013), il travaille sur un seul concept "La Voyoucratie". Portrayant les plus beaux spécimens du milieu, les anarchistes français à vélo, en traction avant ou en BMW, les terroristes allemands des années patte d’eph, les vieux de la vieille du Port de Marseille, les rouges d’Espagne, les bandes des rues de New York, les gants blancs de la Place Vendôme... Un univers romantisé aux arômes de pavot et de poudre à canon, dont le profil aurait le nez cassé et le regard bestial. 

En 2013, Sozyone rejoint Jaba Mathieu pour une aventure de 2 ans. Entre Singapour, Los Angeles et Valencia, ils vont développer, écrire, dessiner et finaliser "Enemies", un comic book intergalactique de 142 pages (Éditions Ankama, octobre 2015). En 2015, Sozyone ouvre un nouveau chapitre avec "Cabaret Bordels" : Un univers insouciant dont les personnages aux regards désinvoltes et aux attitudes paisibles, presque inertes, déambulent en masse dans le nerf d’une métropole froide, dans l’attente d’un attentat ou d’une vague destructrice, téléphone en main, pensant immortaliser le moment, quel qu’il soit. En réaction, Sozyone peint ceux qui prennent le temps d’apprécier le présent, une mésange se posant sur leur tête.

En 2018, la ville de Liège lui confie une double façade de plus de 1200m2 de surface, qui verra surgir : "L‘Homme de la Meuse", son chef-d'œuvre ante-apocalyptique, aujourd’hui considéré par beaucoup de ses citoyens comme leur emblème. Cette même année, il ouvre une galerie dans le centre de Bruxelles, qui lui sert de laboratoire : ULTRADADA. Un espace où l’art est libre de toute contrainte commerciale, exposant quelques artistes "inexposables" de part leur engagement ou simplement parce qu’ils ne s’identifient plus avec le monde de l’art actuel. 

De cette expérience, Sozyone et Griffin lancent SAUVAGE, un projet de survie qu’ils développent au début de la crise pandémique. Durant le mois de mai 2020, sort le premier numéro, qui s’arrache en moins de 24h sans promotion et en plein confinement, au risque de se faire verbaliser. Consolidant l’idée que les curieux continuent d’apprécier les objets et les publications physiques, dans une ère où les images virtuelles nous entourent, déroulées d’un mouvement de pouce sur nos téléphones intelligents. Au 4ème numéro, les magazines SAUVAGE, maintenant tiré à 200 exemplaires, s’arrachent en moins d’une heure.

Cette même période étrange, permet à Smimooz et Sozyone de se retrouver en studio pour enregistrer un nouvel album sous un nouveau nom : GRISBI. Un projet mêlant musique, textes, peintures, affiches et dessins animés, dont la date de sortie est prévue pour le printemps 2021. 

Actuellement, Sozyone travaille en atelier et en équipe, préparant une exposition de nouveaux travaux à Hambourg (GOLDEN HANDS Gallery).

En constante quête de nouvelles formes et de nouveaux médias, il travaille l’acier, sculpte l’argile, vide les bombes, déchire le papier et s’essaye à la réalité virtuelle afin de répondre à ces visions qui n’ont plus de limites techniques.

Sozyone Gonzalez

BelgiqueNé(e) en : 1973
Peintre

Né à Bruxelles, Pablo Sozyone Gonzalez travaille sur la ligne, la forme et le rythme depuis plus de 30 ans. Issu d’une famille Asturienne fière et modeste, fuyant l’Espagne de Franco, mais avec la joie de vivre et l’humour bestial d’une meute bruyante, Pablo se sent très vite libre de penser et de faire ce qu’il veut, où il veut, dans sa ville, Bruxelles.

En 1988, à l'âge de 15 ans, il rencontre Smimooz son fidèle partenaire artistique sur les bancs de St Luc, où il découvre et intègre les techniques des grands-maîtres et se passionne pour l’histoire de l’art. Ensemble, ils commenceront par tagger tout et n’importe quoi, signant de son avatar artistique : Sozyone, tout en écrivant les premiers textes et les premières rimes du groupe De Puta Madre.

En quelques années, Sozyone devient une référence en Belgique, pour sa musique, ses textes et ses peintures. En 1994, il rencontre Claire, avec qui il vit et travaille sur chacun de ses projets, la présentant comme son 'arme secrète'. Ensemble, ils développeront une des grandes caractéristiques de l'œuvre de Sozyone : les couleurs (il faut savoir que Pablo est daltonien).

En 2000, Claire et Sozyone ouvrent la première galerie d'art uniquement dédiée au Graffiti en Europe, INK Gallery à Bruxelles. Ils organisent notament la première exposition de Fredéric Platéus, Olivier Kosta-Théfaine, Honet...

De 2001 à 2003, il crée la marque Twelve Inch en France. Au même moment, Sozyone devient directeur artistique du magazine Ticket, pour ensuite créer le magazine Voxer. Le goût pour l’édition ne le quitera plus. 

En 2004, Sozyone fait le saut en galerie et expose "One Million Murders" (ALICE Gallery). Durant cette période (de 2003 à 2013), il travaille sur un seul concept "La Voyoucratie". Portrayant les plus beaux spécimens du milieu, les anarchistes français à vélo, en traction avant ou en BMW, les terroristes allemands des années patte d’eph, les vieux de la vieille du Port de Marseille, les rouges d’Espagne, les bandes des rues de New York, les gants blancs de la Place Vendôme... Un univers romantisé aux arômes de pavot et de poudre à canon, dont le profil aurait le nez cassé et le regard bestial. 

En 2013, Sozyone rejoint Jaba Mathieu pour une aventure de 2 ans. Entre Singapour, Los Angeles et Valencia, ils vont développer, écrire, dessiner et finaliser "Enemies", un comic book intergalactique de 142 pages (Éditions Ankama, octobre 2015). En 2015, Sozyone ouvre un nouveau chapitre avec "Cabaret Bordels" : Un univers insouciant dont les personnages aux regards désinvoltes et aux attitudes paisibles, presque inertes, déambulent en masse dans le nerf d’une métropole froide, dans l’attente d’un attentat ou d’une vague destructrice, téléphone en main, pensant immortaliser le moment, quel qu’il soit. En réaction, Sozyone peint ceux qui prennent le temps d’apprécier le présent, une mésange se posant sur leur tête.

En 2018, la ville de Liège lui confie une double façade de plus de 1200m2 de surface, qui verra surgir : "L‘Homme de la Meuse", son chef-d'œuvre ante-apocalyptique, aujourd’hui considéré par beaucoup de ses citoyens comme leur emblème. Cette même année, il ouvre une galerie dans le centre de Bruxelles, qui lui sert de laboratoire : ULTRADADA. Un espace où l’art est libre de toute contrainte commerciale, exposant quelques artistes "inexposables" de part leur engagement ou simplement parce qu’ils ne s’identifient plus avec le monde de l’art actuel. 

De cette expérience, Sozyone et Griffin lancent SAUVAGE, un projet de survie qu’ils développent au début de la crise pandémique. Durant le mois de mai 2020, sort le premier numéro, qui s’arrache en moins de 24h sans promotion et en plein confinement, au risque de se faire verbaliser. Consolidant l’idée que les curieux continuent d’apprécier les objets et les publications physiques, dans une ère où les images virtuelles nous entourent, déroulées d’un mouvement de pouce sur nos téléphones intelligents. Au 4ème numéro, les magazines SAUVAGE, maintenant tiré à 200 exemplaires, s’arrachent en moins d’une heure.

Cette même période étrange, permet à Smimooz et Sozyone de se retrouver en studio pour enregistrer un nouvel album sous un nouveau nom : GRISBI. Un projet mêlant musique, textes, peintures, affiches et dessins animés, dont la date de sortie est prévue pour le printemps 2021. 

Actuellement, Sozyone travaille en atelier et en équipe, préparant une exposition de nouveaux travaux à Hambourg (GOLDEN HANDS Gallery).

En constante quête de nouvelles formes et de nouveaux médias, il travaille l’acier, sculpte l’argile, vide les bombes, déchire le papier et s’essaye à la réalité virtuelle afin de répondre à ces visions qui n’ont plus de limites techniques.

œuvres

Vendu

Sozyone Gonzalez

Les Travailleurs de la Nuit2021