Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600
Revenir aux artistes

Michel Macréau

Peintre
FranceNé(e) en : 1935

Michel Macréau est né à Paris le 21 juillet 1935 et mort à Laignes le 19 novembre 1995. Macréau a grandi dans une famille modeste à Paris. 

En 1953, il est diplômé du Lycée de Sèvres au sein de la section artistique. Juste après, il réalise des cartons pour les tapisseries de Le Corbusier. A ses débuts, il est très axé sur le dessin, il travaille aussi comme décorateur dans les ateliers de céramique de Vallauris.

Vers 1956, il occupe un vieux château abandonné de la Vallée de Chevreuse. Il squatte ce lieu avec des amis et sa famille, ils sont ensuite expulsés.

Dans les années 1960, Michel Macréau rencontre le succès. En 1962, il obtient sa première exposition personnelle à la Galerie Raymond Cordier. C’est un grand succès, Georges Pompidou achète même deux de ses œuvres.

En 1969, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris fait l’acquisition d’une peinture de Michel Macréau. Malgré cela, il commence une longue traversée du désert, ses créations ne se vendent plus, il est considéré comme anti-conventionnel. Le doute l’envahit et vers 1972, il tombe en dépression et effectue de longs séjours à l'hôpital.

Dans les années 1980, il retrouve la forme et a de nouveau confiance en lui et en sa démarche artistique. Avec l’arrivée de la Figuration libre et d’artistes comme Robert Combas ou Hervé Di Rosa, Michel Macréau ne se sent plus isolé.

Cet artiste peintre s’inscrit dans la lignée des artistes de l’Art Brut comme Jean Dubuffet. Dans ses peintures, Michel Macréau n’hésite pas à superposer des éléments sans logique apparente.

Michel Macréau est aussi proche du graffiti par sa spontanéité et sa façon de traiter ses supports comme de véritables morceaux de murs. Dans son art, il représente beaucoup le corps humain, les hommes et les femmes.

Il est un pionnier puisqu’il met au même niveau ses personnages, le graphisme et l’écriture. Son style est direct, il fait ressentir de la fascination au spectateur. Michel Macréau a exploré de nombreux supports : carton, tissu, bois, drap…

Michel Macréau pouvait directement appliquer la peinture sur la toile depuis le tube, il avait une démarche spontanée et rythmée. Son œuvre a annoncé l'arrivée d’artistes comme Penck, Combas et Basquiat.

Selon Robert Combas, Michel Macréau est le précurseur de Jean-Michel Basquiat : "Je trouve que le rapport avec Basquiat est évident. Certains tableaux sont très proches, mais les gens ne veulent pas le voir. Dans le passé, je me suis amusé à faire passer des détails de ses œuvres - comme certaines têtes - pour du Basquiat, et ça fonctionnait."

Pour produire des œuvres, Macréau déployait une énergie impressionnante autour de la toile. Il pouvait bondir, courir et bouger, il voulait laisser place au hasard.

Il est difficile de le classer dans un courant de l’histoire de l’art, tant Macréau était un artiste particulier. On peut néanmoins l’associer dans l’approche au CoBra, au graffiti, à l’Art Brut et à la Figuration libre.

Michel Macréau (1935-1995) propose des figures obsessionnelles et parfois choquantes, mais aussi naïves.

On peut aussi voir cet artiste comme un affichiste évoquant des graffitis, des angoisses, des nostalgies, des angoisses et traumatismes.

Ses œuvres ont été présentées lors d'expositions personnelles et collectives en Italie, au Brésil, en Allemagne, aux Pays-Bas et en France.

Avant sa mort, l’artiste fait la rencontre du marchand d’art Alain Margaron qui possède une galerie d’art à Paris. Cette galerie défend et expose son art avec pour mission de faire rayonner l’art de Michel Macréau.

Michel Macréau

FranceNé(e) en : 1935
Peintre

Michel Macréau est né à Paris le 21 juillet 1935 et mort à Laignes le 19 novembre 1995. Macréau a grandi dans une famille modeste à Paris. 

En 1953, il est diplômé du Lycée de Sèvres au sein de la section artistique. Juste après, il réalise des cartons pour les tapisseries de Le Corbusier. A ses débuts, il est très axé sur le dessin, il travaille aussi comme décorateur dans les ateliers de céramique de Vallauris.

Vers 1956, il occupe un vieux château abandonné de la Vallée de Chevreuse. Il squatte ce lieu avec des amis et sa famille, ils sont ensuite expulsés.

Dans les années 1960, Michel Macréau rencontre le succès. En 1962, il obtient sa première exposition personnelle à la Galerie Raymond Cordier. C’est un grand succès, Georges Pompidou achète même deux de ses œuvres.

En 1969, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris fait l’acquisition d’une peinture de Michel Macréau. Malgré cela, il commence une longue traversée du désert, ses créations ne se vendent plus, il est considéré comme anti-conventionnel. Le doute l’envahit et vers 1972, il tombe en dépression et effectue de longs séjours à l'hôpital.

Dans les années 1980, il retrouve la forme et a de nouveau confiance en lui et en sa démarche artistique. Avec l’arrivée de la Figuration libre et d’artistes comme Robert Combas ou Hervé Di Rosa, Michel Macréau ne se sent plus isolé.

Cet artiste peintre s’inscrit dans la lignée des artistes de l’Art Brut comme Jean Dubuffet. Dans ses peintures, Michel Macréau n’hésite pas à superposer des éléments sans logique apparente.

Michel Macréau est aussi proche du graffiti par sa spontanéité et sa façon de traiter ses supports comme de véritables morceaux de murs. Dans son art, il représente beaucoup le corps humain, les hommes et les femmes.

Il est un pionnier puisqu’il met au même niveau ses personnages, le graphisme et l’écriture. Son style est direct, il fait ressentir de la fascination au spectateur. Michel Macréau a exploré de nombreux supports : carton, tissu, bois, drap…

Michel Macréau pouvait directement appliquer la peinture sur la toile depuis le tube, il avait une démarche spontanée et rythmée. Son œuvre a annoncé l'arrivée d’artistes comme Penck, Combas et Basquiat.

Selon Robert Combas, Michel Macréau est le précurseur de Jean-Michel Basquiat : "Je trouve que le rapport avec Basquiat est évident. Certains tableaux sont très proches, mais les gens ne veulent pas le voir. Dans le passé, je me suis amusé à faire passer des détails de ses œuvres - comme certaines têtes - pour du Basquiat, et ça fonctionnait."

Pour produire des œuvres, Macréau déployait une énergie impressionnante autour de la toile. Il pouvait bondir, courir et bouger, il voulait laisser place au hasard.

Il est difficile de le classer dans un courant de l’histoire de l’art, tant Macréau était un artiste particulier. On peut néanmoins l’associer dans l’approche au CoBra, au graffiti, à l’Art Brut et à la Figuration libre.

Michel Macréau (1935-1995) propose des figures obsessionnelles et parfois choquantes, mais aussi naïves.

On peut aussi voir cet artiste comme un affichiste évoquant des graffitis, des angoisses, des nostalgies, des angoisses et traumatismes.

Ses œuvres ont été présentées lors d'expositions personnelles et collectives en Italie, au Brésil, en Allemagne, aux Pays-Bas et en France.

Avant sa mort, l’artiste fait la rencontre du marchand d’art Alain Margaron qui possède une galerie d’art à Paris. Cette galerie défend et expose son art avec pour mission de faire rayonner l’art de Michel Macréau.

œuvres

Michel Macréau

Sans titreFin du 20ème siècle