Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Informations sur l’œuvre

Catégorie

Peinture

Technique

Acrylique sur toile

Date

1984

Dimensions

162 cm x 130 cm

Signature

Signée et datée au dos

État de conservation

Très bon

Encadrement

Oui

Localisation

Toulouse, France

Description

"Cinémonde 7, Joan Fontaine (d'après photo Universal International)" est une œuvre de Bernard Rancillac signée, datée 1984 et titrée au dos. Au dos on trouve une étiquette prouvant que l'œuvre a été achetée à la FIAC à Paris en octobre 1984.

La facture de cette peinture est très belle, sa lumière est parfaitement maitrisée et les couleurs sont irréprochables. Elle est issue d'une série de l'artiste sur Cinémonde, une célèbre revue hebdomadaire française sur le cinéma, parue de 1928 à 1971.

Le modèle représenté est Joan Fontaine (1917-2013), une figure importante de l’âge d’or hollywoodien. L'actrice fut dirigée par des réalisateurs de renom comme Alfred Hitchcock, Fritz Lang, George Stevens, Max Ophüls ou bien encore Nicholas Ray. Elle est la sœur d'Olivia de Havilland. Joan Fontaine a remporté l'oscar de la meilleure actrice avec le film "Soupçons" en 1942.

"Rancillac œuvre en peinture ; il a su dépasser, rapidement, la servilité envers le document photographique et recréer la forme par la transposition de l'espace et de l'éclairage photographiques en termes picturaux équivalents. Le chromatisme [...] se répartit par plans contrastés aux arêtes vives..."

Cette acrylique sur toile de Bernard Rancillac est vendue encadrée. Dimensions avec cadre : 164 x 132 cm - hors cadre : 162 x 130 cm.

Provenance

Collection particulière française


Bernard Rancillac

Peintre
Dessinateur
Sculpteur
FranceNé(e) en : 1931Artiste célèbreArtiste célèbre

Bernard Rancillac est peintre et sculpteur français né le 29 août 1931 à Paris. Il vit et travaille en région parisienne.

Il est l’aîné d’une fratrie de cinq. L’un de ses frères était sculpteur sous le pseudonyme de Jean-Jules Chasse-Pot.

Bernard Rancillac passe sa petite enfance en Algérie jusqu’en 1937. Durant la Seconde Guerre mondiale, il se réfugie chez son père à Yssingeaux (Haute-Loire).

Après la guerre, il termine ses études au lycée Lakanal à Sceaux. En 1949, il se prépare au professorat de dessin à l’atelier de Met de Penninghen où il rencontre Bernard Aubertin.

En 1953, il effectue son service militaire à Meknès au Maroc. Sur place, une librairie expose ses premiers dessins. Dès son retour en France en 1955, il installe son premier atelier à Bourg-la-Reine. En parallèle, il exerce le métier d'instituteur.

De 1959 à 1962, il étudie la gravure à l’Atelier 17 de Stanley William Hayter (1901-1988). En 1961, il obtient le premier prix de peinture à la Biennale de Paris.

En 1967, il fait un séjour à La Havane. En mai 1968, il réalise des affiches à l’Atelier populaire des beaux-arts. Il contribue aux affiches murales et aux slogans de Mai 68.

En 1969, des rétrospectives de son œuvre ont déjà lieu : à Vitry-sur-Seine, à Saint-Étienne et à Brest.

« Tous les “événements” politiques m'impressionnent. Je l'ai découvert quand j'ai décidé de faire les toiles sur l'année 1966. J'ai compris alors que j'étais un animal politique, pas un chroniqueur mondain ! À l'origine de toute création artistique, il faut une émotion. Très souvent, chez moi, elle est de nature politique, même quand je peins des Mickey, des musiciens de jazz, des voitures ou des stars de cinéma. Le journaliste et le photographe sont plus présents sur l'événement et plus rapides en communication. Mais le peintre a le temps pour lui, le temps de s'enfoncer dans la chair du temps. Cela s'appelle l'histoire. » Bernard Rancillac en 1991.

Bernard Rancillac

FranceNé(e) en : 1931Artiste célèbreArtiste célèbre
Peintre
Dessinateur
Sculpteur

Bernard Rancillac est peintre et sculpteur français né le 29 août 1931 à Paris. Il vit et travaille en région parisienne.

Il est l’aîné d’une fratrie de cinq. L’un de ses frères était sculpteur sous le pseudonyme de Jean-Jules Chasse-Pot.

Bernard Rancillac passe sa petite enfance en Algérie jusqu’en 1937. Durant la Seconde Guerre mondiale, il se réfugie chez son père à Yssingeaux (Haute-Loire).

Après la guerre, il termine ses études au lycée Lakanal à Sceaux. En 1949, il se prépare au professorat de dessin à l’atelier de Met de Penninghen où il rencontre Bernard Aubertin.

En 1953, il effectue son service militaire à Meknès au Maroc. Sur place, une librairie expose ses premiers dessins. Dès son retour en France en 1955, il installe son premier atelier à Bourg-la-Reine. En parallèle, il exerce le métier d'instituteur.

De 1959 à 1962, il étudie la gravure à l’Atelier 17 de Stanley William Hayter (1901-1988). En 1961, il obtient le premier prix de peinture à la Biennale de Paris.

En 1967, il fait un séjour à La Havane. En mai 1968, il réalise des affiches à l’Atelier populaire des beaux-arts. Il contribue aux affiches murales et aux slogans de Mai 68.

En 1969, des rétrospectives de son œuvre ont déjà lieu : à Vitry-sur-Seine, à Saint-Étienne et à Brest.

« Tous les “événements” politiques m'impressionnent. Je l'ai découvert quand j'ai décidé de faire les toiles sur l'année 1966. J'ai compris alors que j'étais un animal politique, pas un chroniqueur mondain ! À l'origine de toute création artistique, il faut une émotion. Très souvent, chez moi, elle est de nature politique, même quand je peins des Mickey, des musiciens de jazz, des voitures ou des stars de cinéma. Le journaliste et le photographe sont plus présents sur l'événement et plus rapides en communication. Mais le peintre a le temps pour lui, le temps de s'enfoncer dans la chair du temps. Cela s'appelle l'histoire. » Bernard Rancillac en 1991.