Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Dans l'atelier de Jéko : un artiste à l'imagination débordante

Revenir au journal
Par Art Shortlist4 min
14/05/20

Interview et rencontre de l'artiste Jéko

Jéko dans son atelier - Yohann Fontaine ©

Jéko est un peintre et dessinateur français basé à Massy en région parisienne. Cet artiste à l’imagination débordante est un coloriste hors pair. Une sélection de ses œuvres est proposée sur Art Shortlist. Nous avons décidé de poser quelques questions à cette étoile montante de la scène artistique française.


Bonjour, quand avez-vous commencé à peindre et quel a été votre déclic?

Bonjour, j'ai toujours gribouillé sur des feuilles et aimé créer. La peinture ça s'est fait progressivement à partir du jour où j'ai fait ma première toile, et c'est devenu quotidien il y a à peu près 4/5 ans. 


Quels sont vos sources d'inspiration ? Quels artistes vous touchent particulièrement ?

Je m'inspire de tout ce qui m'entoure, de la musique, de mon entourage, de ce que je vis et de ce que je vois. Que ça soit la nature ou le bitume des villes et son bruit.

Il y a beaucoup d'artistes que j'affectionne et qui m'inspire. J'adore ce qu'a fait Keith Haring, ses formes, ses messages et son amour pour la création. J'aime aussi beaucoup Pierre Soulages, qui a avec la couleur, une relation magnifique. Jean Dubuffet, Jean-Michel Basquiat, Jan Voss qui travaille la couleur et les formes de manière très décomplexé.

Le jardin des rêveurs, Jéko, 2020


Si vous deviez donner 5 adjectifs pour qualifier le style de vos peintures ?

Ce n'est pas facile comme question, mais je mets beaucoup d'importance aux couleurs et aux petits détails, même si je travaille de manière très spontanée. Donc je dirais : coloré, vivant, spontané, réel et abstrait.


Est-ce que la musique joue un rôle dans votre processus créatif ?

Quand je peins, il y a toujours un fond sonore et c'est très souvent de la musique. Même si je n'écoute pas vraiment et que je suis plongé dans ma peinture et dans mes pensées, je pense tout de même que la musique influence ce que je suis en train de faire de manière inconsciente.

Cap, Jéko, 2019


Généralement, quel style de musique aimez-vous mettre en fond lorsque vous produisez ?

J'écoute un peu de tout, ça peut être du rap comme de la bossa nova, comme de la chanson française ou du jazz, ça dépend des humeurs. En ce moment, j'écoute Ryo Fukui, un pianiste de jazz japonais.


Comment vivez-vous la période de confinement actuelle ? Quel est son impact sur votre production artistique ?

Ça va, je vis plutôt bien le confinement. Surtout quand on voit ce que certaines personnes vivent en ce moment, on ne peut pas se plaindre et il faut essayer de tirer du positif.

Je fais un peu plus attention au stock de peinture, feuille et toile que j'ai. Je pense que je peins peut-être un peu moins que d'habitude, mais j'essaie de nouvelles choses. Des collages, des supports différents, des formats différents, de nouvelles formes... À part ça, ma manière de travailler ne change pas vraiment.

Verre vide, Jéko, 2020


Quels sont les sujets que vous préférez aborder dans vos œuvres ?

C'est un sujet très global, mais je dirais : l'humain, les pensées, les sentiments qu'ils soient positifs ou négatifs.


Est-ce que les couleurs que vous utilisez ont une signification particulière ? Selon vous, que doit apporter la couleur dans une œuvre d'art ?

Les couleurs que j'utilise viennent spontanément, souvent, je pars d'une couleur que j'ai envie de travailler puis d'autres couleurs viennent s'ajouter. Elles peuvent avoir une signification précise ou être totalement abstraite. Mais généralement, j'aime m'éloigner de la réalité.

La couleur, quand on en utilise plusieurs, attire ou non l’œil et peut le guider où on a envie de le guider. Il y a des artistes qui utilise que le noir & blanc ou qu'une couleur, et qui te guide à travers leur peinture grâce aux formes qui sont toutes aussi importante. Donc ça dépend vraiment de comment on utilise la couleur et quel style de peinture on fait.

Le Pire - Le Meilleur, Jéko, 2020


Quand considérez-vous une œuvre comme achevée ?

C'est fini quand l'ambiance générale qui se dégage de la peinture me plaît et me parle, parfois, je vais trop loin ou un détail ne me plaît pas du coup, je la coupe en morceaux et j'en fait des collages ou je la jette.


Est-ce que les arts urbains vous inspirent ?

Depuis petit, j'ai toujours aimé regarder tous les tags, graffs, fresques, collages que je croise dans la rue ou dans les transports. Donc je pense que ça m'inspire, en tout cas, j'aime beaucoup.

Sculpture empilée, Jéko, 2020


Quelle est votre œuvre d'art favorite ? Pourquoi ?

Il y en a pleins que j'apprécie et qui m'attire l’œil dès que je les vois. Mais dernièrement, je suis allé voir l'exposition sur Hans Hartung au Musée d'Art Moderne de Paris et l'œuvre T1937-1 m'a directement interpellé, je ne sais pas pourquoi.


Pour conclure cette interview, pouvez-vous me donner une citation qui vous inspire particulièrement ?

Je n'ai pas de citation particulière qui m'inspire, mais je vais partager une phrase/question que j'aime bien, qui est dans un livre sur David Hockney où il dit "J'ai souvent réfléchi à ma façon de voir. Pendant des années, j'ai même pensé que peut-être je n'y voyais pas correctement ! Voit-on vraiment tout ce qu'il y a à voir ? Et que se passe-t-il quand le regard se déplace et tente d'accommoder ?".


➡️ Découvrir les œuvres de Jéko ⬅️