Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

Comment l’art peut être une valeur refuge en période de crise économique ?

Revenir au journal
Par Thibault de Watrigant3 min
16/03/21

Le marché de l’art est un marché mondial qui se répartit entre les grandes puissances économiques. Dans les faits, les grandes valeurs ne sont que très rarement impactées par les crises. Essayons de comprendre pourquoi l’investissement en art peut être une valeur refuge en période de crise économique.


Le marché de l’art, l’un des premiers marchés mondialisés

Historiquement, le marché de l’art est l’un des premiers à s’être internationalisé, il existait avant les marchés financiers.

Donc, avant l'introduction des monnaies, l’art pouvait déjà être considéré comme une valeur fiduciaire et une monnaie d’échange.


L’art, une classe d’actifs à part

Contrairement à d’autres classes d’actifs, l’art n’est que faiblement lié à la santé de nos économies capitalistes. L’art est un peu comme l’or, on peut le qualifier de "marché à contre-cycle".

En fait, d’un point de vue investissement, faire l’acquisition d’une œuvre à plus de 50 000 € d’un artiste reconnu, revient à placer son argent comme on pourrait le faire avec des lingots d’or.

Cela signifie que si vous souhaitez la revendre plus tard et que vous avez judicieusement choisi votre œuvre, alors vous aurez des chances de la revendre à un prix égal ou supérieur à l’investissement initial.

En définitif, l’art permet de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier en diversifiant son patrimoine.


À lire aussi : Comment se constituer une collection d'art ?


Le nombre de collectionneurs a explosé sur les 20 dernières années

Avec la multiplication du nombre de millionnaires et milliardaires dans le monde, notamment en Chine, les collectionneurs sont de plus en plus nombreux à vouloir acquérir des chefs-d'œuvre. Par conséquent, les cotes de la plupart des grands artistes augmentent pour s’adapter à cette forte demande.

À l’instar de la bourse, le marché de l’art s’est digitalisé ce qui lui a permis de s’ouvrir à un public beaucoup plus large.

Sur les 20 dernières années, nous sommes passés d’un monde fermé d’initiés à un monde ouvert à des personnes passionnées cherchant à investir intelligemment.


Quelques exemples qui illustrent à quel point l’art peut être une valeur refuge

Si on l’on se réfère à Artprice, on constate que pour la majorité des artistes du Top 1000, les cotes n’ont cessé de s’accroître sur les deux dernières décennies, et ce, malgré deux importantes crises économiques en 2008 et 2020. À croire, que le marché de l’art est peu sensible aux variations du monde économique.

Prenons par exemple Claude Monet (1840-1926) : 100 € investis sur une œuvre de l’artiste en 2000 valent en moyenne 150 € en 2020, soit une hausse de 50 %.

Louise Bourgeois (1911-2010) : 100 € investis sur une de ses créations en 2000 valent 317 € en 2020, soit 217 % de plus.

Un tableau de JonOne vendu sur Art Shortlist

Dernier exemple avec JonOne (né en 1960), street artiste américain qui vit en France depuis les années 1980. Sur les 20 dernières années, sa cote a augmenté de 1211 % !

Évidemment, ces trois artistes ne nous donnent pas un reflet de la santé générale du marché de l’art international, loin de là ! On pourra toujours trouver des contre-exemples, tels que Mary Cassatt (1844-1926) : -34 % ou encore Vincent Van Gogh (1853-1890) : -14 % sur la même période.

Cependant, cela démontre à quel point l'art, en tant qu’investissement, doit être vu sur du long terme. Il est donc intéressant de se pencher sur les artistes qui plairont aux collectionneurs de demain.


Un morceau d’histoire à forte valeur ajoutée

Quand on fait l’acquisition d’une œuvre d’un artiste qui fait partie de l’histoire de l’art, on investit dans une part de sa vie d’artiste, un témoignage rare qu’il a laissé derrière lui.

Bien sûr, ce type d’achat n’est pas donné à tout le monde. Cependant, il existe des possibilités d’acheter des œuvres à petit prix qui ont une place de choix dans l’histoire de l’art. En ce sens, les estampes et les dessins représentent des solutions idéales.

Donc oui, l’art peut être une valeur refuge, mais à condition d’acheter des œuvres dont la provenance est claire et traçable.