Une question ? Appelez-nous au +33 9 77 215 600

8 choses à savoir sur le Fauvisme

Revenir au journal
Par Art Shortlist5 min
01/02/21

Au début du XXe siècle, un vent de fraîcheur souffle sur le monde de l’art et de la culture, notamment en France. André Derain et Henri Matisse conduisent à partir de l’été 1905, un nouveau mouvement artistique appelé le Fauvisme.

Ce courant basé sur l’utilisation de grands aplats de couleurs pures existera jusqu’en 1910. Découvrez comment les peintres fauves ont durablement marqué l’histoire de l’art.


1 - Définition simple du Fauvisme

L’Estaque, route tournante, André Derain, 1906

Né au début des années 1900, le Fauvisme se caractérise par des nouveautés dans les recherches chromatiques. Les fauves utilisaient des aplats larges et juxtaposés de couleurs vives.

En 1905, ce groupe d’artistes était considéré comme révolutionnaire. En effet, les caractéristiques esthétiques du Fauvisme étaient totalement novatrices pour l’époque. On était assez loin de ce qui était enseigné à l’école des Beaux-Arts…


2 - Un mouvement artistique organisé autour de Matisse

Le chef de file du mouvement n’est autre qu’Henri Matisse. Tout commence lorsqu’il passe l’été 1904 en compagnie de Paul Signac. Ce dernier lui enseigne les principes de la division de la couleur et du néo-impressionnisme.

Henri Matisse devient très enthousiaste grâce aux connaissances délivrées par son ami artiste. En 1905, Matisse passe l’été avec André Derain à Collioure dans le Sud de la France et lui transmet ses idées et ses acquis sur l’utilisation de la couleur en peinture.

La fenêtre ouverte à Collioure, Henri Matisse, 1905

Un groupe de peintres prend rapidement forme autour d’Henri Matisse et André Derain avec notamment Henri Manguin, Charles Camoin et Georges Braque. Ils avaient tous une passion débordante pour l’utilisation de couleurs pures.


Découvrir Matisse sur Art Shortlist


3 - L’origine du nom

On doit le terme "Fauvisme" au critique d’art Louis Vauxcelles. Après sa visite du Salon d’Automne au Grand Palais à Paris en 1905, Louis Vauxcelles publia un article à propos d’une sculpture qui se trouvait dans la salle où exposait le groupe de peintres, la fameuse Salle VII.

Le critique d’art déclara : « Au centre de la salle, un torse d’enfant et un petit buste en marbre d'Albert Marque, qui modèle avec une science délicate. La candeur de ces bustes surprend au milieu de l’orgie des tons purs : Donatello chez les fauves ». C’est ainsi que le terme "Fauvisme" fut repris par les artistes du mouvement.

La fameuse salle VII au Salon de 1905

En 1939, Louis Vauxcelles a publié le livre Le Fauvisme, dans lequel il reconnaît que cette comparaison lui a été inspirée par un critique d’art qui discutait avec Matisse lors du Salon de 1905, cette homme aurait utilisé : « Donatello dans la cage aux fauves » pour qualifier la salle VII.

Au moment du Salon, le critique d’art Camille Mauclair considérait que ce que faisaient ces artistes était « un pot de peinture jeté à la tête du public ». Remettons-nous dans le contexte de l’époque, ce journaliste et critique a utilisé cette expression, car il n'avait jamais été confronté à une peinture comme celle-la.


4 - Le règne de la couleur : les principes fondateurs du Fauvisme

Restaurant de la Machine à Bougival, Maurice de Vlaminck, 1905

Chez les Fauves, la couleur prime sur le dessin et sur la réalité de la représentation. Cette manière d’envisager la peinture restera dans la tête d’Henri Matisse presque toute sa vie.
Dans une toile fauviste, la couleur est toujours vive et pure. Elle doit produire électrochoc pour le spectateur.
Concernant la représentation, les peintres du Fauvisme se concentrent sur une réalité arbitraire, bien éloignée de la réalité observable. Avec eux, on oublie les couleurs habituelles pour laisser place à des couleurs étonnantes et vivantes.
La plupart des tableaux du Fauvisme tendent vers une simplification des formes. La touche picturale des Fauves est très différente d’un peintre à l’autre.

5 - Le mouvement a eu de nombreuses sources d’inspiration

A - Le néo-impressionisme

Le Fauvisme est le résultat d’un très grand nombre d’influences artistiques. Parmi elles, on peut citer celle du néo-impressionnisme. Le terme néo-impressionnisme fut inventé par l’illustre critique d’art Félix Fénéon.

Portrait de Félix Fénéon, Paul Signac, 1890

Ce nouvel impressionnisme fait référence à une technique picturale qui consiste à ne pas mélanger les couleurs pures sur la palette ou sur la toile, mais à les juxtaposer par petites touches.

La subtilité de cette peinture est que le mélange des couleurs se produit à distance directement dans l'œil du spectateur, on parle alors de "mélange optique". Ce mouvement fut principalement conduit par Paul Signac et a fortement influencé le Fauvisme.


B - Paul Gauguin et Vincent Van Gogh

L’influence de Paul Gauguin a été cruciale pour la naissance du Fauvisme. Le peintre peignait la couleur par aplats. Il s’est éteint en 1903, deux années avant la naissance du mouvement.

Le Café de nuit, place Lamartine, Arles, Vincent Van Gogh, 1889

Les peintures de Vincent Van Gogh ont fortement inspiré les Fauves. La puissance de ses couleurs a notamment nourri l’admiration de Maurice de Vlaminck et d’Albert Marquet, d’importants représentants du Fauvisme.


À lire aussi : Le soir où Vincent Van Gogh s'est coupé l'oreille


C - Le Cubisme

En même temps que né le Fauvisme, se développe le Cubisme. Ce dernier présente un point commun de taille avec le Fauvisme : ses références aux Arts Premiers venant d’Afrique et d’Océanie.